Maison de la Mémoire de Mons

Mieux comprendre notre culture, mieux maîtriser notre devenir

La fondation

En 1985, le Professeur Albert d’Haenens (Université Catholique de Louvain) propose la création de Maisons de la Mémoire.

Le Professeur Albert d'Haenens

« Ce qui, aujourd’hui, change tout, c’est le type de relations à l’antériorité que mettent désormais en œuvre nos mémoires collectives. Ces relations sont de plus en plus abstraites et abstractives. Elles excluent la durée. (…)

Le code scribal avait sacralisé la durée; le code électronal la rejette absolument et impose son contraire. Aux pratiques et au sentiment de la durée se sont substitués une consommation qui épuise l’objet, une logique du déclassement par l’âge, un impératif incessant de renouvellement. (…)

Notre entreprise est de créer de nouveaux moyens d’intégrer le temps à l’imaginaire de notre monde. (…)

Les Maisons de la Mémoire sont d’abord des lieux significatifs pour la communauté : maison, cure, ferme, église, école, maison communale, etc… (…)

C’est là que sont organisées des relations à des contenus de mémoires telles que des expositions ou des programmes audiovisuels. Nous voudrions que ces manifestations soient, surtout, l’occasion d’échanges entre les générations. C’est bien la relation, l’essentiel du projet. »

 

(Françoise HIRAUX, Des Maisons de la Mémoire pour intégrer le temps à l’imaginaire de notre monde, CRCH, Louvain-la-Neuve, 1987).

 

A Mons, un groupe d’une douzaine de personnes décide de tenter l’aventure en 1986 et constitue une asbl l’année suivante.