Maison de la Mémoire de Mons

Mieux comprendre notre culture, mieux maîtriser notre devenir

Le 06/05/2009 -

Conversations avec Albert d’Haenens (2) – Produire la feuille de parchemin.

Le Professeur Albert d'Haenens

Le Professeur Albert d’Haenens

En Occident, la découverte de la feuille graphique, contemporaine de celle de l’écriture alphabétique, a révolutionné les procédures de communication verbale.

Il s’agit d’un logoplan biface, souple et pliable, dont on se sert pour écrire, depuis plus de deux millénaires.

Sa matière première est soit animale, parchemin, soit végétale, papyrus d’abord, puis pâte de chiffon ou de bois.

Ni le parchemin, ni le papier d’ailleurs, ne sont inventions occidentales : transmis par Rome, le parcheminage nous vient de Pergame.

Pour remplir sa fonction de préstance graphique, la feuille de parchemin doit être prédestinée.

Pour la produire, on mortifie une peau de quadrupède qu’ensuite, on artificialise et médiatise.

En Occident, où elle fonctionne au cours du moyen âge, lors du passage de l’oralité à la scribalité, la feuille de parchemin est paradigme d’un système culturel, économique et social.

Au XVIe siècle, s’y substitue la feuille de papier dont la production massive inaugure la modernité : l’imprimerie et la mécanisation des techniques, qui sont pratiques pré-industrielles ; le déploiement du grand commerce ; les grandes «découvertes» .

Aujourd’hui encore, on utilise le parchemin, authentique ou fac-similé.

Par propension archaïsante. Non sans nostalgie. A titre de métaphore chère aux initiés.

 

Albert d’Haenens